La faillite de Steinhoff provisoirement évitée

La faillite de Steinhoff provisoirement évitée

La faillite de la chaîne de magasins de meubles Steinhoff, en pleine tempête financière, est provisoirement évitée. L’avenir proche de l’entreprise est ainsi assuré. Steinhoff, qui ploie sous les conséquences d’un scandale comptable, est notamment propriétaire de l’enseigne française Conforama et de Mattress Firm aux États-Unis. Hier, le parlement sud-africain a tenu une audition avec la directrice du conseil de surveillance de Steinhoff, Heather Sonn, et le CEO Louis du Preez. Ils ont expliqué que le risque d’effondrement des cours de l’action était provisoirement écarté après que les créanciers avaient accordé un allongement des prêts. L’entreprise dispose à présent de trois ans pour continuer à se restructurer. Il était devenu crucial de vendre des pans importants du holding Steinhoff afin d’améliorer la situation de trésorerie et de ne pas compromettre l’exploitation des diverses chaînes restantes. Steinhoff est par ailleurs en bonne voie pour apporter la clarté dans les malversations comptables de 2016 et 2017.

Enquête externe

À cet effet, le comptable externe PwC a été chargé d’une enquête qui doit être bouclée pour fin 2018. Les bilans 2016 et 2017 doivent également être mis en ordre avec effet rétroactif pour fin 2018, suivis par les résultats audités pour la période de déclaration actuelle jusqu’à fin janvier 2019 compris. Même après la vente de Poco et de Kika/Leiner, Steinhoff compte encore environ 40 marques. Les investisseurs ont jugé les informations communiquées hier rassurantes, après quoi le cours de l’action s’est redressé de 26 pour cent. Début août, une plainte a été déposée contre Steinhoff auprès de la Cour suprême de Johannesburg, en raison du scandale comptable. La réclamation en dommages et intérêts du bureau d’avocats sud-africain LHL Attorneys s’élève à 12 milliards d’euros. Depuis la révélation du scandale, l’entreprise a perdu des milliards en valeur boursière. Les contrôleurs en Afrique du Sud attendent encore les chiffres revus de Steinhoff avant de pouvoir imposer des peines pour la fraude. La chaîne de magasins de meubles s’attend même à ce que l’enquête sur les problèmes et les coupables sera « presque entièrement » bouclée dans le courant de cette année.