Recticel veut son propre webshop pour les matelas

Recticel veut son propre webshop pour les matelas

Le fabricant de mousse Recticel peut se targuer d’un excellent premier semestre. Mais le département matelas a perdu des plumes. La vente en magasin s’est tassée. Le numéro un de l’enseigne, Olivier Chapelle, veut passer à la vente en ligne. C’est ce que Recticel a fait savoir dans De Tijd, suite à la présentation de ses chiffres semestriels. Dans le plus grand département de l’entreprise, qui produit des remplissages en mousse pour les meubles d’assise et l’insonorisation – soit 40 pour cent du chiffre d’affaires –, le bénéfice a légèrement reculé. Recticel n’a pas réussi à répercuter à temps les prix élevés des matières premières, mais ce problème sera plus ou moins résolu au deuxième semestre.

Matelas

Le département literie, en revanche, a connu des temps difficiles. Il fabrique des matelas, des boxsprings et des sommiers à lattes pour des tiers et pour des marques maison telles que Lattoflex, Beka, Bultex, Swissflex. Le chiffre d’affaires y a chuté de 10 pour cent et le bénéfice, de 40 pour cent. « Cela est dû surtout à la moindre fréquentation dans les magasins, explique Olivier Chapelle. Surtout en Allemagne, ce qui représente environ un tiers des ventes. »

Nous examinons actuellement comment nous pouvons vendre des matelas et des sommiers à lattes en ligne à l’aide d’un webshop maison. Recticel vend déjà en ligne, mais uniquement par le truchement des webshops des commerçants et des chaînes auxquels elle fournit ses produits. Olivier Chapelle veut également créer un webshop propre à Recticel à l’aide duquel il s’adresse – en tant que commerçant – au consommateur avec ses propres marques.

« La décision officielle n’est pas encore prise, mais nous étudions l’éventualité. Avec un webshop propre, nous pouvons grandir dans le monde entier. Nous travaillerions alors avec un partenaire pour la livraison à domicile. Mais il reste encore quelques obstacles à franchir. »

L’un d’entre eux est la relation avec les clients actuels, pour qui l’entreprise deviendrait alors un concurrent. Sur le plan opérationnel, Recticel n’a par ailleurs aucune expérience dans la vente en ligne. « Je suis parfaitement conscient que bon nombre d’initiatives d’e-commerce échouent. Nous n’allons donc pas nous précipiter. Ce sera un réel défi. »